Warning: Creating default object from empty value in /homepages/44/d821061045/htdocs/app821061203/wp-content/themes/salient/nectar/redux-framework/ReduxCore/inc/class.redux_filesystem.php on line 29
Stéphane et Pierre sont confinés - SURVI
loader image
— STÉPHANE ET PIERREᚏ JOUR 1

Stéphane et Pierre sont confinés

By 17 mars 2020 mars 28th, 2020 No Comments

Jour 1 – Dimanche 15 mars 2020

Stéphane a très vite l’information selon laquelle un confinement dur risque d’être annoncé le lendemain. La famille de Stéphane étant partie dans le Sud-Ouest pour éviter le confinement dans la Capitale, il appelle son ami Pierre pour lui proposer de vivre ensemble, vivre ce moment historique, dans son appartement parisien. L’offre étant alléchante, Pierre décide d’abandonner sa femme pour vivre cette instant hors norme dans une ambiance amicale. Stéphane a acheté une bouteille de Gin de bonne qualité, ainsi qu’une bouteille de rouge et une bouteille de blanc pour accueillir son ami. Objectif premier : tenir deux jours.

Vers 18 heures, plus de vin, l’idée d’appeler un dealer devient de plus en plus présente. Deux minutes plus tard, c’est chose faite. Pierre tape dans Google « dealer de cigarettes » et, surprise, ça existe. Ils commandent donc deux paquets. Il est maintenant deux heures du matin, ils regardent les résultats des municipales sans rien comprendre. La bouteille de Gin est presque vide et Stéphane et Pierre entament le deuxième gramme en toute innocence. À cet instant, ils ne sont pas hyper stressés. Vers 4 heures, Pierre décide alors pour une raison incompressible de finir un travail qu’il avait entamé et Stéphane, prudent, décide d’aller se coucher.

Jour 2 – Lundi 16 mars 2020

Stéphane se lève en premier, il a un mal de tête terrible qu’il pense être la conséquence du Gin pourtant de bonne qualité. Il prend bien soin de ne pas prendre d’Ibuprophène, vu le conseil délivré par le Gouvernement. Pierre, contrairement à Stéphane, se réveille en pleine forme et motive Stéphane pour aller prendre l’air le long des quais de Seine. À leur grande surprise, à part quelques joggers radicalisés, il n’y a pas grand-monde. Ils rentrent en prenant le métro également vide. Dans l’ascenseur du métro, tout le monde remonte son t-shirt sur son nez. Ils sentent alors la gravité de la situation.

Pierre lance l’idée d’une sieste. Il est 15 heures. À 18 heures, la rumeur de confinement se fait de plus en plus forte, Pierre fait le point sur leurs réserves qui sont malheureusement au plus bas. Ils décident alors de rappeler un dealer et d’aller au Monoprix afin de recharger leurs réserves en alcool et en nourriture. Arrivés au Monoprix, c’est la consternation, tous les rayons sont vide, des vieux prennent des plaquettes de beurre par dix. Curieusement, le seul rayon bien achalandé est celui des bouteilles de vin. Après un rapide calcul de leur consommation quotidienne établi la vielle, Pierre décide d’acheter une bouteille de vin et d’en voler trois, plus une bouteille de gin.

Coïncidence miraculeuse, le dealeur arrive à leur retour des courses et ramène un slip et des bagues que Pierre avait oubliés chez un ami également client qu’il venait de visiter. La qualité de service de cette homme est remarquable. Ils parlent ensemble du confinement qui vient d’être annoncé par le Président de la République, et le dealeur les alerte sur le fait qu’ils ont bien fait de l’appeler car, avec la fermeture des frontières qui s’annonce dans quelque temps, il n’aura plus rien à vendre. Décidément, c’est triste pour le petit commerce.

Stéphane et Pierre sont inquiets pour les semaines à venir, seul moment de tristesse partagé, lorsqu’ils découvrent qu’ils n’ont plus de Tonic pour accompagner ce gin salvateur.