loader image
— FLEUR BLEUEᚏ JOUR 35

Petits riens #8 : Le vêtement d’été

By 20 avril 2020 No Comments

Certains petits riens sont saisonniers, ils ont les couleurs et les douceurs de la châtaigne, le sucre de la fraise, l’acidité de l’orange sans être jamais avalés. Ces plaisirs de saison doux-amers nourrissent une joie volatile à condition de savoir les déguster.

Entortillé derrière la pile de pulls peluchés ou bien plié dans le carton des habits d’été, voici le vêtement que l’on avait presque oublié. Nous étions accoutumés à la laine, au coton, au mohair, aux chandails et aux couches entassées, au poids textile de l’hiver, à sa masse tricotée. Notre peau nue avait pris fait et cause pour l’enveloppe qu’elle attendait comme une lettre. Confinée, enfermée, rassurée.

Ce vêtement retrouvé, c’est la promesse vive de l’été. Cette légèreté, cette transparence, comment peut-elle se déposer sur notre corps sans frissonner ? C’est le retour des jambes, des cuisses, des bras, des épaules, du cou, des chevilles. Il y a dans ce petit rien, une grande incrédulité : vais-je de nouveau savoir m’exposer ? Au soleil et aux gens. Se soustraire aux regards, gommer les formes, pantalon et col roulé, après tout : nous y étions habitués. Ce vêtement des beaux jours nous rappelle la joie de la caresse, la rencontre d’une main qui peut soudain se glisser, la sensualité du vent dans le cou et des premiers rayons sur les cuisses. Il est temps, il le faut, il fait chaud, jouons de ce corps, tambour battant.

Cette fripe oubliée nous adresse un message :

Chair amie,

à trop regarder l’encre

tu avais oublié

la sève dans le papier.

 

Céline Rousseau