Warning: Creating default object from empty value in /homepages/44/d821061045/htdocs/app821061203/wp-content/themes/salient/nectar/redux-framework/ReduxCore/inc/class.redux_filesystem.php on line 29
Petits riens #3 : Les oignons - SURVI
loader image
— FLEUR BLEUEᚏ JOUR 24

Petits riens #3 : Les oignons

By 9 avril 2020 avril 15th, 2020 No Comments

J’aime les petits riens qui se tortillent et se cachent, de ceux qui n’ont pas l’évidence du miracle, qui demandent de l’effort, de la patience. J’ai de l’amour pour ces petits riens batailleurs et chiffonnés, coriaces et dissidents.

Prenons le cas des oignons.

Avant la mise en bouche, il y a la découpe. Déshabillez-moi. On déflore l’oignon de la main, Mais pas trop vite Cette rondeur à la cape cuivrée aussi fragile que du papier Pas tout de suite Ce glissement sensuel vers la blancheur humide et nue Avec délicatesse, en souplesse Le tranchant du couteau pénètre avec facilité et sectionne avec élégance des arceaux de chair Maintenant tout de suite, allez vite.

Et puis, les yeux, le nez, ce picotement poivré des muqueuses, le dos de la main qui frotte le haut de la joue, on peine à garder les yeux ouverts, on écarte le buste, l’oignon se rebiffe. Les larmes coulent, le regard se voile mais un sourire se forme : notre visage devient un ciel d’Irlande qui oscille sans choisir du soleil à la pluie. Grâce à l’oignon, on est nuages, on est Guinness.

La poêle est déjà chaude, elle crépite, elle s’impatiente, on prend les oignons que l’on fait tomber d’un raclement sec. Bye-bye Blondie.

Et c’est alors que surgit le petit rien : le parfum caramélisé de l’oignon frémissant à nul autre pareil. Le bourdonnement diminue, comme un essaim d’abeilles apaisé par le sucre. C’est le temps du consentement, cela mijote, cela compote… Après le cuivre, la pointe de vert, le blanc, l’oignon devient jaune puis transparent pour mieux se fondre et se lover. L’arc-en-ciel puis l’effacement. Ceci est la source renouvelée de mon émerveillement.

Ce petit rien n’est pas glorieux ; il est l’éternel second rôle. Il servira au choix la tomate rubiconde, les épices exotiques, les viandes imposantes. Pourtant, il est à lui seul la promesse d’un plat de famille, d’une tablée gourmande, d’une sauce juteuse.

 

Céline Rousseau