Warning: Creating default object from empty value in /homepages/44/d821061045/htdocs/app821061203/wp-content/themes/salient/nectar/redux-framework/ReduxCore/inc/class.redux_filesystem.php on line 29
Montréal, Instagram et des bières - SURVI
loader image
— CONFINÉ CHEZ VOUSᚏ JOUR 44

Montréal, Instagram et des bières

By 29 avril 2020 No Comments

3,9 milliards de personnes confinées, soit plus d’un être humain sur deux. J’ai décidé de vous emmener avec moi dans un petit tour du monde du confinement. De Washington à Chengdu en passant par Le Cap et Bagdad, comment appréhende-t-on la quarantaine ? Citoyens du monde, tenez-vous prêts ! J’irai me confiner chez vous.

Romain : Montréal, Instagram et des bières

[…] 26. Bb5+ Nc6 27. Qxf5+ Ke8 28. Re1+ Ne7 29. Rxe7#. Échec et mat ! Il est 17h20 et je viens enfin de réussir à coincer son roi, après avoir essuyé deux lourdes défaites d’affilée. Depuis le début du confinement, Romain et moi on joue aux échecs en ligne presque tous les jours. Quand il a fini de travailler à Montréal, je le rejoins pour quelques parties avant de se séparer à nouveau. C’est devenu notre petit rituel. Romain, c’est mon pote d’enfance. Début octobre, il est parti s’installer avec sa copine au Québec pour travailler dans une entreprise de numérisation de données à grande échelle. «Je révolutionne l’Internet», me dit-il tout souriant. Toute une histoire.

Si j’ai voulu lui rendre visite aujourd’hui, c’est parce que Montréal connaît une situation bien différente de celle de Vancouver, où je me trouve. «50 % des cas de contamination au Canada sont au Québec, m’explique-t-il. Et 50 % des cas au Québec sont à Montréal.» En clair, un cas d’infection sur quatre au Canada se trouve à Montréal. Ce qui explique que la situation ait été très rapidement prise au sérieux par les autorités locales. Au moment où Emmanuel Macron fait sa première allocution télévisée en France, des mesures de confinement sont également prises de l’autre côté de l’océan Atlantique. «Il y avait deux semaines d’écart entre la France et le Canada, mais grosso modo on a adopté les mêmes mesures au même moment.» Finies les sorties au parc, généralisé le télétravail et fermées les écoles donc. Tous les matins, le beau Justin Trudeau donne une conférence de presse bilingue sur la situation canadienne. Suivre ces conférences, ça fait aussi partie de notre petit rituel quotidien avec Romain. Ensuite, on échange quelques vannes sur les journalistes québécois indépendantistes qui n’hésitent pas à rentrer dans le lard du Premier ministre. Les commerces de Montréal semblent aussi avoir réagi promptement à l’évolution sanitaire. Aujourd’hui, quand il sort faire des courses, Romain doit se laver les mains à l’entrée des magasins, se faire prendre la température et répondre à plusieurs questions sur son état de santé. Tout un bazar quand il fait encore moins quatre degrés dehors et qu’on porte des moufles.

Enfin, en l’écoutant me raconter son confinement, j’ai l’impression que tout ça n’a vraiment pas chamboulé Romain ces dernières semaines. « Je garde un rythme, j’ai des journées de travail normales », me confie-t-il. Quand on ne joue pas aux échecs, il redécouvre le sport et va même courir plusieurs fois par semaine. Le dimanche à quatorze heures, rendez-vous sacré (mais pas la messe), il rejoint notre bande de potes pour des tournois de Mario Kart en ligne. Cette quarantaine imposée est également une occasion pour lui d’en apprendre un peu plus sur une de ses passions : la bière. « J’ai créé un compte Instagram en arrivant au Québec pour recenser et partager celles que j’allais trouver. Montréal est une ville très réputée pour ses microbrasseries, tu sais. Mais le problème, c’est que j’oublie tout le temps de prendre mes bières en photo. » Ah oui, c’est embêtant. En revanche, ce qui est certain, c’est qu’il n’oublie pas de les boire.

Il n’y a que trois heures de décalage entre la province du Québec et la Colombie-Britannique, mais déjà le ciel s’assombrit et il est temps pour moi de rentrer sur la côte ouest. Le vague à l’âme, Romain regarde vers l’horizon (de sa webcam ?) et me dit en guise d’au revoir : « Qu’est-ce que tu veux que je te dise de plus ? On attend. On attend que le monde change.» Eh oui bonhomme. Parce qu’il est temps que ça change.

Grégoire Bienvenu