loader image
— FLEUR BLEUEᚏ JOUR 28

Le courage des oiseaux

By 13 avril 2020 No Comments

Si seulement nous avions / Le courage des oiseaux / Qui chantent dans le vent glacé

Ça vous dit quelque chose ? Dominique A chantait à ses débuts cette histoire de rupture. Imaginait-il en 1992 ce qu’allait devenir ce refrain, au fil du temps ?

J’ai croisé récemment une danseuse, une comédienne, et moult musiciens, qui pour flatter l’envie de nous transcender entonnaient ces paroles. J’ai vu à diverses occasions un public déchaîné, c’est le mot, clamer cette invitation cachée. Qu’y a-t-il derrière ce mystère à peine voilé ?

Nous, Nantais ou non, rendons hommage au Nantais d’adoption, qui par ces mots enchanteurs, a su dresser l’étendard du dépassement.

Lorsqu’il enfourche sa guitare et décale deux pas de danse, enfiévrés, bruts, graciles, si étrangement vôtres, ce sont mille envies qui nous prennent de défier l’avenir. Finie la rupture. Rendez-vous avec la force, admirative, face à l’épreuve, que nous soumet l’évocation d’un simple oiseau bravant le temps. Quelle résonance en ce jour ! Quelle leçon Monsieur Dominique A.

Embrassez qui vous voudrez, mais souvenez-vous qu’en ces jours où sonne en mémoire ce titre ravageur, vous trouverez la force, et saurez briser à tout rompre les empêchements de valser plus haut.

Portons cet étendard et ne nous laissons pas aller à la médiocrité, reprenons nos forces en cet entêtant refrain, et soyons têtus, oui têtus, de ne rien lâcher.

Laissons-nous aller, le sourire marqué par une fossette amusée, d’avoir détourné ce refrain synthétique en rage de créer.