loader image
— DE LA CONFITURE AU CONFINÉᚏ JOUR 42

La vie n’est pas un long fleuve tranquille

By 27 avril 2020 No Comments

Le week-end est en toute logique pensé pour se reposer. Ou aller à la messe pour certain(e)s et au bar pour d’autres. Comme les rassemblements sont désormais interdits, terminée également la troisième mi-temps au zinc de la paroisse. Sur tous ces points j’ai échoué, le sommeil fut en tout point perturbé par deux fois pour ma part. Pas d’aventure exceptionnelle ou ordinaire d’insomnie. Non, j’ai découvert une nuit, à 5 heures du matin, que les alarmes incendie ont un système ingénieux pour signifier que la pile est déchargée : elle sonne extrêmement puissamment, vous permettant de constater qu’il n’y a pas le feu mais que vous avez quasi une attaque cardiaque. Ce qui veut dire en cas de réel départ de flamme que je devrai appeler à la fois les pompiers et le SAMU pour le massage. En même temps, comme je n’ai pas envie d’embouteiller inutilement les magasins, je n’ai donc plus de pile et suis officiellement un héros qui vit des aventures encore plus dangereuses que celles d’Indiana Jones. Pour me remettre de mes émotions, sieste le lendemain : j’ai été attaqué par un oiseau qui s’est cru lui dans Speed racer et a foncé dans l’appart pour finir sa course comme Ayrton Senna en se cognant contre le barreau de ma fenêtre et en s’écroulant sonné sur ma tête. Après comment sortir un oiseau totalement KO de ta chambre qui se planque sous ton lit ? Conseil : réaliser un chemin avec des bouts de galette tortilla pour l’aider à reprendre des forces, pisser par terre et battre des ailes. J’allais pas le prendre avec les mains, j’étais à deux doigts, sinon, de créer un nouveau virus. N’étant pourvu que d’une paire de gants qui me servent à récurer les WC. Et comme je vous l’ai expliqué, en ce moment peu de courses, donc peu de changement de gants. Pas certain que cet oiseau avait visualisé son dimanche en étant sauvé mais devant laper de la pisse comme dû. Il a donc pris son envol, seul comme un grand qui enlève ses petites roues de vélo. Certainement pour se faire écraser par une voiture deux minutes pus tard, mais au moins le dernier repas du condamné fut délivré. Je n’ai pas prié pour son salut, je l’avoue. Étant athée et ne souhaitant sincèrement nullement me moquer des croyances de quiconque, j’ai simplement pensé à lui comme un ami. Et me disait intérieurement : pour lui aussi son dimanche a été pourri. Tu te dis que tu vas prendre un risque, foncer vers la liberté et tu te retrouves rappelé à l’ordre par une barre de fer. Je te jure petit oiseau, moi cela me débecte ces saillies abjectes de policiers dans des quartiers que l’on voit depuis le début du confinement. Ces quelque cow-boys se croyant tout permis auprès d’une partie de la population pendant que des imbéciles dansent dans Paris et ses beaux quartiers pour manifester leur ras-le-bol d’avoir terminé La Casa de papel sur leur écran plat et de se faire chier chez eux. Sentiment d’impunité et de méprise sociale quand tu nous tiens : Douce France… Je n’arrive à aimer tous mes prochains je l’avoue, je ne suis pas comme le meilleur d’entre nous sur cette planète.

Car l’un des seuls musiciens se rapprochant d’une divinité selon ses propres dires a, lui, passé un bon week-end. Je n’ose pas imaginer son confinement tellement sa vie d’ordinaire ne doit ressembler à rien de bien logique. Kanye West est enfin devenu milliardaire. Pas à cause de sa musique ni de placements financiers bien sentis : il est bon de rappeler que le rappeur a acheté il y a peu un tank. Un véritable tank, très pratique quand on habite à la campagne. Je ne le choisirais pas comme conseiller bancaire. Après, comme notre pouvoir d’achat va être divisé par dix, je n’ai plus trop à m’inquiéter de mes non-investissements. Je spécule désormais sur la fin du capitalisme, bien plus rentable à terme que d’acheter un studio pour arnaquer des étudiants. Non pour ses partenariats avec la marque Adidas et ses chaussures les Yeezy. Je n’ai de leçon à donner à personne en termes de sneakers, chaussant des Stan Smith depuis bientôt dix ans et étant devenu un cliché sur pattes. Kanye m’a toujours fasciné. Autant adoré que détesté, je le trouve aussi risible que je suis persuadé que 808 and heartbrak est un des grands disques de pop de ce siècle. Un album qui symbolise tous ses excès et son caractère double. Un disque d’une tristesse et une humanité incroyables tout entier dédié à la mémoire de sa mère. Un disque qui respire l’amour. L’album qui a permis l’introduction large de l’autotune dans le monde musical. Quelque part, Kanye est à quelques degrés de séparation de Jul. Bon, lui aussi a trop écouté Ace Of Base et Aqua, mais les degrés ne doivent pas être loin. Vous savez cette pensée que l’on est tous relié à quelqu’un par six degrés de séparation. Kanye lui a réduit son fil vis-à-vis de Jésus, visiblement il aurait une ligne directe désormais. Et serait devenu un messager.

La seule fois où je l’ai vu sur scène, il a débarqué avec des danseuses tenues en laisse et des musiciens cachés derrière les amplis. Tout à l’image de sa mégalomanie et croyance que PornHub c’est la réalité. Je ne dis pas que les hommes ne peuvent évoluer, mais à ce moment de ma vie, je ne le voyais pas distribuer les hosties. Deux poids deux mesures : pleurer pour sa maman, et espérer en secret que sa femme Kim Kardashian en cuir lui claque le fessier pour d’autres larmes. Kanye West illustre parfaitement les deux approches de téter le sein, il n’a jamais coupé le cordon et voulait insérer les siens partout. Il semble avoir eu mille vies, pour un objectif qui fut toujours affirmé : devenir riche et essayer de se débarrasser de ses addictions. Ce qui est en soit très louable pour au moins une partie de cette affirmation, à vous de déterminer laquelle. L’artiste jusqu’à peu était à mes simples oreilles difficilement attaquable, tout au mieux fascinant à étudier. Tous ses disques témoignaient de prises de risques radicales, de tentatives d’amener le hip-hop au rang d’art croisant les esthétiques.  Désormais père marié et participant à son esprit (consentant ?) à une télé-réalité étant donné que sa belle-famille documente toute dispute pour vendre plus d’eye-liner, il a trouvé sa paix via la pratique de la religion. Seulement, comme d’habitude, Kanye a tout réalisé dans l’excès. Son dernier album est double et sobrement intitulé Jesus is king et Jesus is born. Le rappeur ayant déjà clamé en chanson qu’il était Dieu affirme désormais que celui-ci a un plan pour lui. Il serait le messager en chanson. D’où sa création des « Sunday Services » où Kanye et un gospel manifestent leur amour et témoignent de leur ferveur. Visiblement, tout son parcours aurait donc été sciemment pensé par une force divine. Kanye aurait souffert, été tout en haut de la pyramide sociale et des excès pour mieux chuter. Ainsi, toutes ses péripéties couvertes par la presse comme ses pétages de plombs dans son jardin où il prétendait entendre des voix et fut pris en charge en hôpital psychiatrique n’étaient là que pour documenter sa rédemption. Très sincèrement, Dieu, si tel était le plan, il est hyper complexe. Lorsqu’il y aura une adaptation Netflix, personne ne va y croire à l’intrigue. Surtout, cela risque un peu de dédouaner tout le monde « ah non je ne t’ai pas trompé, en fait c’est un plan de Dieu. Je dois chuter dans les fessiers pour mieux m’élever. Tiens je t’ai acheté le dernier Kanye tout est expliqué ». Soyons clair, je n’ai aucun avis ni connaissance sur la pratique de quelque religion. Je crois en l’intelligence individuelle, où chacun prend la décision qui semble la meilleure pour lui-même peu importe les refrains des disques de Justin Bieber ou de Kanye West. Du moment que les gens sont heureux, cela me convient parfaitement (cet avis est à nuancer cependant. Écoutez peut-être plus Kanye et allez à l’église que Tom Cruise. La scientologie ne vous permettra pas de vous élever dans les airs. Sinon, Tom aurait déjà grandi depuis le temps. Il tente certes de nous tromper en effectuant lui-même ses cascades, mais je reste sceptique sur l’immortalité). Élevé à l’école du diable, je n’ai participé à aucune communion ou cours de catéchisme. La voie royale pour comprendre que, de toute manière, s’il y a une vie après la mort, comme je n’ai réalisé aucun de mes devoirs auprès d’aucun dieu je suis mal barré. Je vais être clair : je ne crois pas qu’un rappeur se plaignant auprès de Forbes de ne pas être dans le tableau des gens les plus fortunés de la terre et soutenant Donald Trump en affirmant par exemple que les esclaves l’avaient un peu bien cherché ait un quelconque plan pour moi. Franchement, y a eu erreur sur le choix du messager. C’est comme si, en France, on pensait que Damien Saez allait permettre à des jeunes de s’engager dans la société.

Cette nouvelle armée de Kanye ne m’inspire pas grandement confiance. Surtout que si je crois sincèrement dans le pardon, la rédemption possible (j’ai pardonné à l’oiseau d’avoir dérangé ma sieste), j’ai du mal à percevoir que tout cela ne soit pas un immense plan marketing. Soit pour nous vendre des toges blanches Adidas ou pour mieux amadouer une frange de la population conservatrice américaine pour son prochain chapitre. Car, après être devenu le messager et le MC animateur de nos dimanches, Kanye souhaite se présenter aux élections américaines de 2024. Visiblement, dans la tradition conservatrice de ce pays, le classement serait donc d’abord de devenir le confident de la puissance qui gérerait le monde et l’au-delà avant de succéder à Donald Trump. Sur une échelle d’importance, si tant est qu’une force dans les cieux existe, je pense qu’elle prévaut à Donald. À dire vrai, l’oiseau qui s’est pris ma vitre et qui devait pas être une lumière m’importe plus que cet homme. Qui, s’il est un messager, est celui de l’apocalypse. Est-ce qu’ils ne se sont pas concertés avec Kanye pour nous faire une pièce de théâtre géante où l’un serait Jésus et l’autre le Diable ? Là peut-être que je serais capable d’acheter le disque à la fin, il faudra noter la performance remarquable. Je vous ai dit que je n’y connaissais rien. Moi, la seule puissance à laquelle je croyais, c’était Dennis Rodman dans The Last Dance, documentaire sur les Chicago Bulls actuellement sur Netflix. Et, depuis quelque temps, voilà qu’il s’acoquine avec Kim-Jong Un qui serait, selon ses dires, un chouette mec avec qui il a fait du jet-ski et des karaokés lors de ses dernières vacances. Après, Dennis a une philosophie de vie assez particulière, sa réaction lors de la demande de rencontre fut texto : « Tant que tu es sympa, je suis sympa, que tu sois président, dictateur ou autre chose. Si tu es cool et que l’on peut boire de la vodka, c’est bon ». Nous vivions décidément même avant ce virus dans une drôle d’époque, le sort de la planète, voire de la vie après la mort, étant entre les mains de Kanye West et de Dennis Rodman. Personne n’aurait pu confier cela à Tom Hanks plutôt ou Whoopi Goldberg ? J’aurais été plus rassuré.

À demain, empreint de bonnes ondes, j’en suis certain : les épisodes de The Last Dance sortant aujourd’hui parlent de Dennis, du temps où il était encore basketteur. Et n’oubliez pas : ce n’est pas parce qu’un oiseau manque de mourir sur tes draps, que la semaine à venir sera source de tracas. Punchline de Jojo Borde, qui met à l’amende Kanye en battle.

Jocelyn Borde