loader image
— ANOROCK PAR ISMAËL MARTINᚏ JOUR 7

C’est gentil d’avoir appelé

By 23 mars 2020 No Comments

Quartier Malakoff, quelque part au milieu d’une tour de seize étages de la rue d’Irlande, en plein rond central de la cité nantaise des bords de Loire. Le téléphone sonne et, au bout du fil, la grand-mère et son toujours si charmant accent british ne se font pas prier. Les mots « ennui » et « rats morts » ne se font pas prier non plus d’ailleurs. Rapidement, Granny lâche un joyeux mais narquois : « Heureusement qu’on entend les bus, cela donne un semblant de vie ». Et puis ça part fissa sur le compostage du ticket de ces même bus rendu difficile à l’avant, puisqu’il faut désormais, pour raisons sanitaires, monter au milieu ou à l’arrière en cas de déplacement. On cause système de freinage puissant, pas forcément compatible avec le fait de tenir une canne. Ni avec le fait de tenir une canne et un sac de course. S’il n’y a pas un parapluie dans le lot bien évidemment, car cela modifierait toute la tactique. On comprend dans tout ça que la grand-mère ne tient pas en place. « On a toujours besoin de quelque chose, tu comprends. Rien que pour du pain frais, il faut sortir ». La discussion suit son cours et je me rends vite compte que mon ancienne a quand même bien d’autres préoccupations que cette histoire de fichu virus. Comme ce vent d’Est qui fait « vaciller les feux de sa cuisine » et qui serait selon ses dires susceptible de refroidir la plus hot des baraques à frites. Un vent qui n’a d’ailleurs pas pu être annoncé par les bulletins d’informations de la radio étrangère puisque Granny a de plus en plus de mal à recevoir le signal de sa BBC (à prononcer bébé c) depuis deux ans, la faute à « une personne qui doit brancher son Internet dans la tour, ce qui déclenche des bruits forts » dans son poste. C’est pénible. « Très pénible », rajoute-t-elle. Et je la comprends tellement. Même si je crois ne pas me tromper en pensant que ma grand-mère va bien.

Alors oui, il est compliqué de se procurer « autre chose que Ouest-France en ce moment car le tabac d’en-bas a des horaires très particuliers ». Oui, se déplacer jusqu’à la gare pour se procurer Le Monde du week-end ne paraît pas « une alternative responsable » dans la situation actuelle. Mais le Canard Enchaîné de cette semaine était « quand même très bien, comme d’habitude ». On lui glisse que, d’après Le Monde du week-end (que de notre côté nous avons réussi à choper à une centaine de kilomètres de chez elle, dans une région voisine), 85% des Anglais interrogés la semaine dernière pour un sondage se contrefichent du départ de la Meghan et du Harry de l’autre côté de l’Atlantique. Flegmatique, Granny nous dit que le pays de Trudeau est une très jolie country et qu’ils seront enfin peinards (elle dit « tranquilles » mais cela voulait dire « peinards »). Avant de couper court et de nous signifier poliment que son eau est sur le feu et qu’il va être l’heure de l’infusion au thym et au gingembre. Avant de conclure délicatement : « C’est gentil d’avoir appelé ». On raccroche. Sur notre ordinateur, Noir Boy George galère à commencer son concert en direct pour Boiler Merde, chaîne YouTube pour lives en live de deuxième à troisième couronne. Il nous chante son monde où clochards et 8.6 sont souverains. Et on repense à Granny et son pain.